Portrait de Roberto Baggio, le génie italien. 

Roberto Baggio lors de son passage à Brescia.

Roberto fera ses débuts professionnels à la Fiorentina en 1986. Après deux excellentes saisons, il sera convoqué en équipe d’Italie à 21 ans. En 1990, il quittera La Viola pour un club rival, la Juventus de Turin pour un montant record. Les supporters de la Fio s’étant déjà fait battre en Coupe UEFA par le club turinois, verra ce transfert comme une trahison et causeront plusieurs émeutes dans la ville de Florence. Les années à la Juve seront mémorables pour Roberto Baggio, qui sera désigné Ballon d’Or en 1993 après avoir été impressionnant en Coupe UEFA, que la Juve remportera face à Dortmund avec deux buts de leur joueur vedette. La saison 1994/95 est plus compliquée suite à des blessures et l’avènement de Del Piero. Malgré le championnat remporté, ça sera vers l’AC Milan que Roberto continuera son périple, lui pourtant supporter de l’Inter étant petit. Apres deux saisons mitigées passées dans le club lombard, Roberto ira dans le modeste Bologne, où il souhaite jouer pour rebondir et être sélectionné en vu du mondial 98. Avec 22 buts, le contrat est rempli et la carrière de Roberto repart de plus belle. Il fait un bon Mondial 98 mais l’Italie sera éliminée par la France aux tirs au but. Ça sera la troisième fois consécutives que les Italiens sortiront de la plus grande des compétitions par cette cruelle épreuve.  ⠀⠀

 

Après son bon Mondial, l’Inter le recrute en voulant former un incroyable duo Ronaldo-Baggio. Malgré l’alléchant duo sur le papier, les résultats de l’effectif milanais ne seront pas à la hauteur des ambitions du club. Roberto ira finir sa carrière à Brescia de 2000 à 2004, et permettra au club de se maintenir durant les quatre saisons de Baggio, se qualifiant même pour l’Europe.  ⠀⠀

 

Roberto Baggio c’est un ballon d’or, 205 buts en Serie A (7e meilleur buteur de l’histoire) et une immense carrière dont tous les amoureux du foot italien se souviendront. 

 

Retrouvez les maillots de l'ère Baggio en cliquant ici.

avril 11, 2020 — Olivier Kaelbel

Laisser un commentaire